thierry-mulot.pleindepages.fr

Dimanche 21 octobre 2018

Accueil

Bonne année

Vers

Nouvelles

Photos

Téléchargement

Liens

Forum

Livre d'Or

 

Admin

Qui veut du chat ?

Famille d'accueil

Guimauve

Fastoch

Juliette et Frippon

Le coin des végétariens

Pourquoi je suis végétarien

Calendrier

LunMarMerJeuVenSamDim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

Urgentiste

J'ai coutume de dire que cette activité c'est un peu, pour moi, la récréation.
Curieuse récré si on y pense, vu qu'on y voit pas mal de choses pas très sympas, mais que voulez-vous, moi, ça me détend parce que c'est classiquement l'opposé de mon travail habituel.
La médecine générale, c'est beaucoup de relationnel, un peu de technique, et surtout du suivi. En clair, mes patients, je les emporte avec moi quand je rentre à la maison.
Dans mon lit, il y a ma femme, un ou deux chats, plus madame C. dont le cancer du sein a métastasé un peu partout, la famille de madame L qui souffre d'Alzheimer et qui fait n'importe quoi mais ne veut surtout pas aller en maison de retraite, monsieur Y qui vient de perdre sa femme, le petit M qui fait infection sur infection, madame Z qui veut quitter son mari, et encore quelques dizaines d'autres. Mon lit a beau être grand, ça fait quand même du monde !
Alors qu'au SAMU, c'est l'inverse. Mon boulot, c'est d'aller au domicile d'un patient qui va mal ou très mal, de commencer le traitement, et de le ramener vivant à l'hôpital. Point final. Après, je peux me permettre d'oublier.
Bien sur, certaines interventions marquent plus que d'autres, mais l'action prime sur l'introspection.
c'est souvent après l'intervention, rarement pendant. Mais, là encore, il y a une énorme différence avec la médecine générale : c'est le travail en équipe.
On en parle, on discute des interventions entre nous, bref, on décharge. Je crois que, sans ça, le boulot deviendrait vite insupportable.
Tordons le cou à un mythe : je sauve rarement des gens.
Quand je dis rarement, c'est vraiment rarement.
Je fais un cinquantaine de gardes par an depuis 20 ans. Avec une moyenne de 5 interventions par garde, si je compte bien, ça doit faire environ 5000 personnes.
Je vais être très large en disant que 50 personnes au maximum seraient mortes si je n'étais pas allé les chercher sur le terrain. En clair, la plupart du temps, une ambulance suffirait pour amener le malade vivant à l'hôpital.
Mais, le problème n'est pas là. Le problème c'est dans quel état ? L'utilité du SAMU, c'est maintenant de débuter les traitements le plus tôt possible afin de réduire les conséquences de la maladie ou de l'accident.
Un exemple : l'infarctus du myocarde.
Imaginons que vous éprouviez une forte douleur dans la poitrine à 10 heures du matin. Vous êtes à deux pas d'un petit hôpital et vous vous dites, je vais directement allez là-bas et comme ça, si c'est grave, je gagnerai du temps. Énorme boulette !
Le temps que vous alliez à l'hosto et qu'on vous enregistre, vous aurez déjà pratiquement perdu une demi-heure, le temps qu'un médecin passe vous voir une autre demi-heure. Avec un peu de chance l'électrocardiogramme sera donc pratiqué après 1 heure. Diagnostic : infarctus. Là, le médecin des urgences appel le cardiologue. Le temps que celui-ci vous voit et commence le traitement, je peux vous garantir une autre heure de plus. Au mieux, le traitement indispensable, celui qui non seulement vous sauve, mais va réduire la taille de cet infar, ce traitement donc, débutera deux heures après le début de votre douleur.
Et maintenant, imaginons qu'à 10 heures, vous fassiez le 15. On envoie une équipe, Le temps qu'elle arrive, qu'elle fasse un ECG, qu'elle pose un diagnostic, le traitement débute en moyenne 45 mn après votre appel. De plus, vous serez directement admis dans un centre de cardiologie en soins intensifs. Gain de temps : 1h15, sans passer par les urgences : et c'est beaucoup.
Le SAMU ne vous a pas sauvé la vie, il a simplement évité un maximum de complications et il a augmenté vos chances de vivre plus vieux en protégeant votre palpitant.
Quant à ceux à qui j'ai vraiment sauvé la vie, ceux qui était mort à mon arrivé ou presque et que j'ai ramené, ceux qui ont fait leur arrêt cardiaque sous mes yeux, celui qui est né devant moi bleu, les poumons remplis de liquide amiotique, eh bien, ça fait plaisir d'avoir été là au bon moment.
J'ai oublié la plupart de mes interventions, mais certaines resteront gravées dans ma mémoire jusqu'à ma mort, où jusqu'à ce qu'une maladie d'Alzheimer viennent les y déloger.

Dernière modification le : 02/11/2009 @ 23:58
Catégorie : Aucune

Mes écrits

Mon premier roman

Le p'tit coin éco

Libéralisme

C'est chouette la croissance

Infos site

Webmaster :
Thierry MULOT

Envoyer un message



Déjà 261200 visites

Sondage

Le fils déchu : qu'en pensez-vous ?

Ze chef d'oeuvre du siècle

J'adore

C'est pas mal

pas lu

Trop gros pour caler un meuble

fnac (franchement nul à ch...)

Son auteur est un grand malade

J'ai baillé les 10 premières pages puis j'ai lâché l'affaire

très bien pour allumer le feu

Je l'utilise page après page dans mes toilettes

Résultats

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.9
PHP version 5.2.17